Le billet de Jean-Etienne

Tarascon/Tuc

C’est très humiliant pour les dirigeants et les entraîneurs de devoir déclarer forfait et d’autant plus humiliant quand, à notre arrivée à Tarascon, leur équipe B était réunie dans un repas convivial comme pour fêter notre défection.

C’est sûrement là qu’on mesure l’abîme entre notre rugby actuel et le rugby des champs.

Le TUC a heureusement pu aligner une équipe face à son adversaire du jour.

Après une première mi-temps jouée sur un rythme assez lent, semblant convenir à nos adversaires et que nous fumes incapables de dynamiser le jeu, nous tournions à 11/10 et dès la reprise, encaissions un essai personnel du numéro 9 ariègeois qui allait récidiver quelques minutes plus tard usr une action similaire.

Nos joueurs allaient alors se montrer plus offensifs échouant plusieurs fois lors d’actions de qualité. Être mené au score c’est toujours se découvrir et faire souvent une passe mal assurée pour revenir rapidement au score ou la faute due à la précipitation (situation rencontrée tout au long de la saison) . Nos adversaires ont pratiqué un rugby simple, basé sur une conquête efficace, une défense sérieuse c’est-à-dire des placages très assurés et un jeu au pied intelligent, le tout animé par un très bon  demi de mêlée, c’est tout mais c’est suffisant.

Il faut souligner la qualité de l’arbitrage, le bon esprit et la correction des acteurs.

Score final 29/14 après avoir été mené de 6 points à 20 minutes de la fin.

Dimanche venez à Coulon, quelque chose me dit que le TUC va gagner …

Jean-Etienne Bernard

Le mot de Jean-Etienne

Après une victoire facile mais brillante des réserves, les équipiers premiers ont vraiment frôlé la victoire ce dimanche en Andorre.
Après une première mi temps engagée où le TUC a dominé les débats contre un vent violent, et des adversaires quelque peu médusés par l’ardeur à défendre et par la qualité offensive de notre jeu, le score était de 12/10 en faveur des Andorrans à la mi temps. Nous étions légitimement en droit de songer à la victoire, le vent de plus en plus violent devenant notre allié, mais la montagne réservant souvent des surprises, nos espoirs allaient être douchés par le strident son du sifflet.  Bien que menant 18/12 pendant longtemps, nous nous inclinions au terme d’une bonne partie par 27/25.
Déception certes mais espérance car le TUC a retrouvé une équipe et une envie de gagner.

A dimanche, ou nous recevrons le leader à Coulon.

Jean-Etienne Bernard