Le mot de Jean-Etienne

Après une victoire facile mais brillante des réserves, les équipiers premiers ont vraiment frôlé la victoire ce dimanche en Andorre.
Après une première mi temps engagée où le TUC a dominé les débats contre un vent violent, et des adversaires quelque peu médusés par l’ardeur à défendre et par la qualité offensive de notre jeu, le score était de 12/10 en faveur des Andorrans à la mi temps. Nous étions légitimement en droit de songer à la victoire, le vent de plus en plus violent devenant notre allié, mais la montagne réservant souvent des surprises, nos espoirs allaient être douchés par le strident son du sifflet.  Bien que menant 18/12 pendant longtemps, nous nous inclinions au terme d’une bonne partie par 27/25.
Déception certes mais espérance car le TUC a retrouvé une équipe et une envie de gagner.

A dimanche, ou nous recevrons le leader à Coulon.

Jean-Etienne Bernard

Les mots de Jean-Etienne

Enfin ça y est, nos seniors ont gagné, la réserve s’est imposée à force de courage et de vaillance contre une équipe de Maureilhan plus lourde mais moins mobile, victoire du jeu de mouvement qui demeure notre signature et victoire aussi grâce au banc de remplaçants fourni, qui nous faisait défaut dans plusieurs rencontres depuis le début de saison, donc soyez assidus aux entraînements et aux matches du dimanche, C’est sans aucun doute la clef du succès.

L’équipe une après avoir longtemps douté, s’est révélée en deuxième mi-temps comme l’équipe qui avait le plus envie de gagner, contre une équipe lourde et virile pour rester courtois… Certes tout n’est pas parfait, on perd encore trop de précieux ballons, mais quelle démonstration de placages et de solidarité. Comme dit plus haut, la solution est un véritable engagement de chacun aux entraînements, de l’assiduité, du travail, du sérieux et les troisièmes mi-temps n’en seront que plus belles.

Notre équipe est loin d’être la plus mauvaise de sa poule, mais que chacun comprenne que ses efforts personnels vont améliorer le rendement de l’ensemble.

Dimanche j’ai vu jouer une véritable équipe de rugby.

Jean-Etienne Bernard

Le TUC jamais payé … et surtout pas de ses efforts

Tellement amateurs que jamais payés …

Ce doit être une drôle d’impression que de lire le résultat final pour nos suiveurs, supporters ou amoureux du club. Que penser de nos équipiers premiers ? En lisant le résumé sur le quotidien régional, on ne trouvera guère de réponses. La donnée essentielle qu’il nous fournit c’est le timing des points. Je vous le ressers pour que vous ne soyez pas frustrés par la présence d’un article réservé aux abonnés.

Evolution du score : 7-0 (11e), 7-3 (16e), 7-6 (22e), 14-6 (24e), 21-6 (37e) / 21-11 (57e), 21-18 (65e) , 21-23 (69e), 28-23 (74e), 35-23(78e), 42-23 (81e).

Ce dimanche 16 décembre, après s’être égarés sur la place Maurice Thorez et on retrouve le chemin du stade par la rue Salvador Allende car il fallait être au bord du stade pour comprendre. Nous dominons les 10 premières minutes de match mais demeurons stériles au planchot. Grâce à deux ou trois pénalités nos adversaires sortent de leur camp et s’approchent de notre ligne. Ils marquent sur un maul, le seul qu’ils réussirent de la partie ! Grâce à d’autres pénalités ils arrivent à nouveaux à scorer sur une « manole » d’école effectuée sur le troisième sauteur. Nous reprenons un de l’allant et occupons le camp adversaire sans toutefois concrétiser nos actions et au contraire nous encaissons un essai à la mi-temps. C’est alors que l’on put assister à ce que notre équipe est capable de faire quand elle réussit à créer de l’avancée que le soutien est au diapason. En effet sur cette deuxième mi-temps nos joueurs se multiplient en défense créent des brèches en attaque, réalisent des actions de grande qualité mais qui terminent souvent par une petite erreur. Quand la fameuse passe en plus se transforme en passe en trop ! Fort heureusement on réussit à marquer entre les poteaux après l’une de ses actions. On continue de « s’envoyer » et on marque à nouveau. Les adversaires enchaînent les fautes sans que la sanction du carton ne récompense nos efforts (faute volontaire dans les 5 derniers mètres c’est carton jaune !). Un autre essai sur ballon de récupération montre que notre défense elle aussi tient le choc et avance dans les duels, récupère quelques ballons mais se voit souvent injustement pénalisée.

Un dernier de poule menant à l’extérieur quelque chose cloche dans le Landernau ! La pression du public est maximale ! Les cinq dernières minutes nous foudroieront, la pression était trop forte pour les épaules d’un seul homme, tant et si bien que sur une dernière action d’envergure en tout point magnifique et alors que le score était acquis, bras aveugle de Jupiter lança un dernier éclair !

On peut regretter les erreurs de la première mi-temps car il y en eu mais la rébellion et le cœur mis par nos TUCistes dans la seconde auraient dû apporter autre chose que ce score irréel et sans valeur. Le TUC jamais payé ni de ses efforts et ni de ses sacrifices. Ce groupe mérite mieux et saura goûter en 2020 au doux nectar de la victoire.