Le week-end des 2006

pictU12   Du je au jeu

Etymologiquement, le « jeu » se distingue du « je ». Ce n’est ni son pluriel, ni sa déclinaison, juste son homophone. Pourtant, le plus souvent, c’est le « je » qui conduit au « jeu ». Je joue pour m’amuser, me divertir, me récréer. Le « je » reste singulier. Il tend vers le personnel, s’oriente vers l’individuel.

Dans le rugby, c’est l’inverse. Il faut passer du « je » au « nous » pour appréhender ce « jeu ». « Nous » est donc le pluriel du « je » et l’esprit même de ce sport, car sans collectif, il ne peut y avoir de « jeu » de rugby. Le rugby est un « jeu » où chaque « je » trouve sa place dans le « nous ». Il apprend aux enfants que plusieurs « je » sont moins forts qu’un seul « nous ». Les « moi », les « moi je » sont par conséquent proscrits.

Bien entendu, au rugby, les « je »  ne disparaissent pas  car le « nous » n’en constitue pas leur aliénation. Le « nous » n’est pas une contrainte, mais une ambition. Ce sont les « je » qui décident eux-mêmes de se mettre au service du « jeu » en devenant des « nous ». C’est pour cette raison que la passe est une offrande et celui qui marque un essai n’est pas un héros, mais bien le dernier maillon d’une chaîne. Telle est l’âme d’une équipe de rugby.

Mais un « nous » ne se crée pas automatiquement en accumulant les « je ». Il faut une relative codépendance des « je » pour leur permettre de franchir la frontière du « nous ». Parce que le « nous » introduit obligatoirement un doute sur la limite de son « je », un lien doit unir les différents « je ». La simple pratique du « jeu » de rugby ne suffit pas à créer un « nous ». Des « je » peuvent jouer à un même « jeu » sans être des « nous ». Une fusion des « je » s’impose mais elle ne s’impose pas d’elle-même. Des circonstances particulières peuvent y contribuer mais aucune en particulier ne peut garantir une telle réussite.

Du 13 au 15 avril 2018, 33 enfants du TUC, tous benjamins 2eme année, ont effectué un séjour à Madrid afin de participer au tournoi de rugby organisé par le Tasman Rugby Boadilla. Lors du premier jour, ils ont emprunté le même avion, visité ensemble la ville de Madrid, ri des mêmes bêtises, ramé simultanément sur les barques du parc Retiro, vécu côte à côte des moments inoubliables comme cette ola improvisée sur un trottoir du centre-ville, devenue rapidement l’attraction de la rue. Progressivement, ces différents « je » se sont transformés en un vrai « nous ». Simple coïncidence ou conséquence logique : le lendemain, les deux équipes ont remporté leur tournoi respectif.

Une personne peu férue des valeurs du rugby aurait pu écrire que ces jeunes TUCistes ont mis leurs adversaires à « je » « nous ». Or dans ce sport, chaque joueur affronte des adversaires, il ne les combat pas. Il peut les découper, les emplafonner, les tamponner, leur mettre un arrêt-buffet mais à la fin du match, quel que soit le score, une haie d’honneur leur est dressée qu’ils rendent instantanément car ce « jeu » exige le respect du « je », même quand il est « nous ».

Mais le « nous » est un paradoxe. Quelquefois, certains lui préfèrent le « on » qui fait moins peur car plus vide de sens. Le « nous » est comme le rocher de Sisyphe : une quête difficile, toujours recommencée, interminable. Le « nous » peut rapidement disparaître alors que l’on croyait l’avoir atteint. Cette génération 2006 suivra-t-elle le même destin ? Les souvenirs accumulées lors de ce séjour laissent à penser que la flamme du « nous » ne s’éteindra de sitôt. Et puis de nouveaux déplacements s’annoncent dans les prochaines semaines.

Félicitations aux parents, aux éducateurs et accompagnateurs d’avoir su organiser ce séjour, d’avoir permis à tous ces enfants de vivre cette expérience de vie en groupe et de pouvoir rentrer en France, comme l’a écrit une maman d’un joueur sur le whatsapp du groupe des 2006,  « avec un sourire plus large que leur visage et des étoiles pleins les yeux. »

Les éducateurs 2006