RAZZIA TUCISTE A REVEL

challenge montagne noire_2018-0Forte de plus de 100 joueurs, les troupes tucistes ont ramené dans leur antre le Challenge de la Montagne Noire qu’organisait REVEL le week end dernier … une belle journée …  in the wind d’Autan !

inscriptions à l’école de rugby

avis de rechercheEt ça repart pour un tour de plus !
L’Ecole de Rugby prépare la saison 2018-2019.
Elle s’adresse aux jeunes nés entre 2012 et 2005.
Si vous êtes intéressé veuillez envoyer un courriel à
contact@tuc-rugby.fr en précisant le nom, le prénom,
l’année de naissance du futur joueur et l’adresse mail
où on peut vous contacter.

Même procédure pour les autres catégories de joueurs
et les personnes qui veulent participer à l’encadrement.

Le week-end des 2006

pictU12   Tournoi de La Teste de Buch

Une histoire différente des autres

Qui n’a pas eu envie, un jour, de changer le cours de son histoire, de se libérer de ses archétypes transgénérationnels, de délaisser cet héritage souvent bien encombrant et insoupçonnable qui aliène sa liberté de pensée et d’action ? Chacun le sait : le chemin est difficile car la société nous renvoie irrémédiablement à la métaphore du cours d’eau qui s’écoule, cette image qui suppose la linéarité du temps et donc celle de son histoire.

A 12 ans, un enfant a déjà des idées préconçues, des limites qu’il s’est forgées lui-même ou que les adultes ont fait en sorte qu’il se crée. C’est là que « l’éducateur » a un rôle à jouer, celui de faire comme l’aqueduc qui conduit l’eau vers un but, celui de conduire l’enfant hors de sa condition d’enfant vers une condition d’adulte autonome et indépendant. Ce chemin est souvent long par les préceptes et court par les réalisations. L’une d’entre elles s’est néanmoins produite lors du tournoi de rugby de la Teste le samedi 19 mai 2018.

9h55 : 1er match de la journée contre Saint-Médard en Jalles. Les benjamins du TUC rivalisent face à une équipe bien structurée et rugueuse dans les zones de contact. Alors que l’arbitre annonce la dernière action de la partie, les jeunes TUCistes se font intercepter le ballon et perdent ce match à la dernière seconde. La déception est immense tant l’attente était grande de leur part.

16h07 : match de classement pour la 5eme place contre la même équipe de Saint-Médard en Jalles. Le match est aussi disputé que le matin, mais cette fois-ci, c’est le TUC qui l’emporte en marquant un essai à la dernière seconde, un ballon récupéré en mêlée par des avants soudés, et un ballon qui file à l’aile pour finir dans l’en-but.

Lors de l’opposition du matin, les Tucistes étaient-ils moins forts que leurs adversaires? Pas forcément. Etaient-ils meilleurs qu’eux lors de la dernière rencontre de l’après-midi ? Rien ne permet de l’affirmer. Mais dans un cas, ils ont perdu le match et, dans l’autre, ils l’ont gagné.

Est-ce le simple fait du hasard, un peu comme ce ballon de rugby qui rebondit de façon imprévisible ? Plusieurs fois dans la saison, les jeunes TUCistes ont été confrontés à cette situation : rejouer une équipe qui les avait déjà battus et le résultat final est resté identique.

Sauf que depuis quelques semaines, la fin de l’histoire est différente. Ces enfants arrivent à ressortir vainqueur de matchs contre des équipes qui les ont dominés précédemment. Ils sont en train de prendre conscience de leur qualité, du groupe de copains qu’ils forment. Depuis le début de la saison, même pendant les phases délicates de l’hiver, leurs éducateurs se sont évertués à les encourager, à croire en eux, de façon à ce qu’ils ne se découragent pas. Ils leur ont répété que tout changement est difficile au début, compliqué au milieu et magnifique à la fin. Et cette prophétie est peut-être en train de se réaliser.

Il est de ces moments précieux, où les silences parlent plus que les mots, ces moments d’exubérance, où les sourires en disent plus que de longs discours, ces moments de plénitude collective où l’histoire de chacun semble basculer dans une histoire sans fin. Mais l’histoire est un éternel recommencement, sauf que recommencer, ce n’est pas refaire.

Les éducateurs 2006

Le week-end des 2006

pictU12   Tournoi du pont Tourne

TOURNER avec des itinéraires singuliers d’enfants sur le tournoi du Pont TOURNE

Jeudi 10 mai 2018,  le club de l’Isle Jourdain organisait le Tournoi Benjamin du Pont TOURNE à l’Isle en Jourdain avec 12 équipes inscrites.

Synthèse : Les benjamins 2006 « rouge et bleu » très en jambes le matin en poule de classement ont eu plus de difficultés l’après-midi face à leur propre adversité.

Suite à des averses importantes sur le stade LAPALU, les organisateurs ont annulé le tournoi U14 afin de faire jouer les U12 à « crampons secs ». Le seul souci pour ce tournoi, extrêmement bien séquencé, aurait été qu’il commence à pleuvoir… Tout s’est bien déroulé et les conditions pour jouer au rugby étaient optimales : tout pour que nos benjamins puissent dérouler leur jeu !

Nous allons au stade de football d’HOL. Là commence une attente, le temps que toutes les équipes arrivent.

Les organisateurs nous indiquaient d’emblée qu’ils faisaient la place à l’esprit du rugby à travers le souvenir d’un accident qui avait impliqué des joueurs du club, 20 ans auparavant, et qui avait laissé ces joueurs gravement accidentés et en situation de handicap : dans cet environnement, nulle place n’est laissée à la champion-ite aiguë qui peut naître sur d’autres plateaux de tournoi, avec des éducateurs ou des parents qui exhortent leur enfant à faire mal aux autres enfants ou qui ont des comportements indignes de ce que le rugby doit représenter pour les enfants qui pratiquent ce sport.

En bon entendeur, les parents doivent se placer derrière les mains courantes et les éducs reçoivent des consignes claires… à commencer par respecter les arbitres juniors ou seniors du club hôte et de présenter aux enfants une image d’adulte qui sait se tenir en société d’adultes…

Le temps que les poules soient réalisées compte tenu du désistement de dernière minute des Tarn et garonnais de Bressols, nous échauffons nos grands benjamins qui sont bientôt super échauffés.

Nous tombons dans une poule relevée :

Saint Lys : L’équipe la plus forte de la poule avec des joueurs mobile et très bon sur les rucks.

Pamiers et ses maillots en damier : Une bonne équipe qui nous a donné beaucoup de mal.

Saint Gaudens : L’équipe la plus faible compte tenu de nombreux absents.

SAINT LYS 0 – 1 TUC

Match disputé, où nos joueurs marquent les premiers alors qu’ils auraient pu prendre l’avantage sur une ou deux actions, mais un petit manque de lucidité de nos adversaires et une défense de feu de nos joueurs faisaient que nous l’emportions sur le fil. Les petits Tucistes jetèrent toutes leurs forces dans la bataille et empêchèrent Saint Lys de marquer sur une dernière action qui se terminait en touche à 2 mètres de notre en-but.

PAMIERS 0 – 1 TUC

On enchaîne avec un autre match très compliqué, mais avec beaucoup d’engagement et de jeu collectif, l’équipe était dans son match. Match intense où les Tucistes se retroussèrent les manches et retrouvaient ce qui fait leur force, la hargne, et un pressing de tous les instants qui fit déjouer nôtre adversaire. Une belle action emmenée en bout de ligne concrétisait cette belle prestation…. Un essai qui nous permettait de croire en la qualification pour la poule finale.

SAINT GAUDENS 0 – 3 TUC

Le premier match couperet de la journée…. une victoire était obligatoire si nous voulions terminer en haut du classement.

La première place de la poule est acquise, nous jouerons les phases finales dans le tableau des 1ers de classement !!!!

Résultat de la matinée pour la dispute de la finale : 1ère l’équipe de POUYASTRUC, 2ème l’équipe de l’ISLE JOURDAIN 3ème nos benjamins, 4ème SAINT LYS, 5ème MURET et 6ème FOIX.

Les enfants ont faim après cette belle matinée, il est temps d’aller se restaurer et de se substanter

Petite explication personnelle de ce qui va suivre l’après-midi :

Il est tout à fait impossible à un éduc d’imposer sa ‘‘définition de la situation’’, c’est-à-dire d’interdire aux enfants de sortir d’un pur rôle d’apprenant des techniques et des stratégies du rugby. Un tel coup de force risquerait de placer les éducs dans une situation difficile. Les éducs doivent, vous le comprenez, recourir à des innovations pour éviter l’ennui du rituel, à laisser les enfants s’étendre à des petits amusements, presque invisibles, des à-côtés comme le joug de rugby laissé au bord des terrains du tournoi, le partage du repas avec les parents, les petits jeux entre eux avec ou sans ballon … Vous n’avez pas idée combien, avec ces petits détails, vos enfants peuvent devenir immenses, c’est incroyable comme les joueurs peuvent grandir et sortir du cadre du petit  bébé qui fait sa petite sculpture de boue en écoutant les consignes de l’éduc référent … Bien entendu, il convient d’éviter les pièges de la démagogie positive qui consiste à encourager tout le temps ces joueurs de moins de 12 ans sans leur rappeler leur devoir de comportement et d’attitude vis à vis de la vie en groupe et de la concentration nécessaire à déployer du jeu pour continuer à se faire plaisir. L’éduc, est celui qui joue avec ces itinéraires singuliers des joueurs de l’équipe, sur le mode de l’humour, de la compréhension, de la curiosité, tout en proposant des apprentissages techniques, stratégies et en expliquant aussi les règles de vie.

Et la « re-concentration » est un élément clé pour que les joueurs ne puissent pas passer à côté d’une opportunité de victoire sur une équipe qui déploie du jeu tout autant que l’équipe adverse. Ce ne sont ni les éducs et ni les parents qui jouent, ce sont ces enfants qui doivent se mettre au diapason de l’équipe pour sublimer la motivation collective de ce groupe et la motivation collective n’est pas arrivée à dépasser l’envie du collectif adverse en ce début d’après-midi…

14h00

Nous retournons sur le stade n°1 avec un échauffement un peu à la bourre et nous sentons que les enfants ne sont pas dans les meilleures dispositions pour appréhender les phases finales et le 1er match contre les locaux : l’Isle en Jourdain

Là, pas d’attente, les poules de 3 sont faites. Il faut gagner les deux matchs pour entrer en finale.

Nous jouerons :

L’Isle en Jourdain : les locaux qui outre leurs qualités techniques et stratégiques ont à cœur de s’imposer sur leurs terres et devant leur public.

MURET : une équipe que nous avions affronté la semaine précédente au tournoi de Revel … toujours aussi solide avec un encadrement qui ne s’appuie pas toujours sur de la pédagogie positive vis à vis de ces enfants

Deux équipes d’un niveau équivalent.

L’Isle en Jourdain 1 – 0 TUC

De par un manque d’engagement et de jeu collectif, l’équipe était méconnaissable : début de match difficile, malgré une bonne défense, L’Isle Jourdain marque en force à la mi-temps du match. Les Tucistes ne baissent pas les bras, portés par leurs supporters mais ils sont désordonnés et n’arrivent pas à jouer simplement pour exploiter leur jeu déployé comme cette passe redoublée qui ne permet pas à l’ailier de dépasser la ligne d’avantage pour au moins égaliser…

MURET 0 – 3 TUC

Bon match, avec deux essais marqués rapidement, ce qui permettait de faire tourner……. une très bonne défense  et des rucks gagnants permettait de placer une dernière banderille ….

La Finale consolante est là!!!!!

Finale 3ème place : le soleil fait son retour…

Saint Lys 0-2 TUC

Belle rencontre, avec une très bonne défense et surtout de très belles attaques déployées, notre adversaire n’étant jamais en position de nous inquiéter….

La Victoire est là !!!!

Qui aurait cru, qu’après une phase de poule très difficile, nos petits soulèveraient une coupe bien méritée !!! Ils ont su tourner une situation délicate où ils devaient regarder leur match en arrière pour aller de l’avant, rebondir et grandir…

Merci à Tous les acteurs présents, enfants, parents et éducateurs, qui nous ont encouragés tout au long de la journée.

Merci aussi aux organisateurs pour leur sympathie, et la gestion d’un tel événement…

Les éducs 2006

NOS CADETS champions à VII

pictU16Les installations sportives de Muret accueillaient le samedi 5 mai dernier, les finales du Championnat Midi-Pyrénées Jeunes Société Générale de Rugby à 7, à destination des catégories U16 et U18.
Au coup d’envoi de cette journée, 8 équipes U16 et 8 équipes U18, réparties en deux poules de quatre allaient s’affronter afin de décrocher l’un des deux titres territoriaux en jeu.
En U16, le Toulouse U.C s’impose en finale devant le Rassemblement Beaumont/Montech. Dans la rencontre pour la troisième place, l’ASV Lavaur prend le dessus sur la Vallée du Girou.  
En U18, les joueurs de Villefranche de Lauragais l’emportent en finale face à l’équipe locale du R.C Muretain. L’A.S Tournefeuille monte sur la 3ème marche du podium aux dépens du Rassemblement Beaumont/Montech.
Désormais, les deux champions (Toulouse U.C et Villefranche de Lauragais) et les deux finalistes (Rassemblement Beaumont/Montech et R.C Muretain) défendront les couleurs Midi-Pyrénéennes à l’occasion des finales Grand Sud. Ces dernières se dérouleront à Lombez-Samatan les 26-27 mai prochains. Ce sera l’occasion pour eux de se confronter aux meilleures équipes U16 et U18 des Comités Armagnac-Bigorre, Pays Catalan et Languedoc.

Grâce à leurs performances, les 4 équipes finalistes recevront un jeu de maillots offert par Société Générale, partenaire officiel de la compétition et du Comité Midi-Pyrénées. Un fidèle partenaire à qui le Comité Midi-Pyrénées souhaite renouveler ses remerciements pour son accompagnement et son soutien indéfectible, dans le développement du Rugby à 7. Patrice Mironneau, Directeur du Groupe des Agences de Muret et Jérôme Cazalbou, Responsable des partenariats sportifs pour Société Générale étaient présents aux côtés de Jean-Michel Cabrita, représentant le Président, Pierre Cros, lors des remises des boucliers, trophées et ballons.
Le Comité Midi-Pyrénées souhaite adresser ses plus vifs remerciements au R.C Muretain et à ses dirigeants, pour la mise à disposition de leurs installations et l’accueil réservé aux équipes, qui ont permis à n’en pas douter, le succès de cette manifestation.

Le Palmarès complet  des U16 :
– Champions : Toulouse U.C
Finaliste : RST Beaumont/Montech
– 3ème : ASV Lavaur
– 4ème : Entente Vallée du Girou
– 5ème : Blagnac S.C.R
– 6ème : RST Portes du Comminges
– 7ème : C.A Castelsarrasin
– 8ème : U.S St Sulpicienne

Le week-end des 2007

pictU12   Saint-Vincent de Tyrosse 

Cette année encore, le TUC était présent au tournoi de Saint Vincent de Tyrosse grâce à ses équipes 2007 et 2008. Ce tournoi au niveau relevé accueillait notamment l’Aviron Bayonnais, Le Biarritz Olympique ou la Section Paloise ! Pour les 2007, 17 valeureux enfants ont vécu un weekend très riche humainement  et sportivement.Le rugby est un sport collectif. Peut-être plus que dans tout autre sport, l’esprit d’équipe doit prévaloir sur les individualités. Il est indispensable d’avoir confiance en son coéquipier pour que l’équipe soit performante. Pendant un jour et demi, les enfants ont vécu ensemble, ont appris à mieux connaître leurs partenaires qui ne font pas partie de leur cercle de copains proches. Cette expérience sera bénéfique pour ce groupe très prometteur afin d’obtenir des résultats encore meilleurs.

Au niveau sportif, le tournoi a démarré par une défaite 2-0 contre l’Aviron Bayonnais mais le TUC a fait douter pendant la première partie du match cette équipe invaincue depuis deux ans et qui a gagné le tournoi. L’équipe a encore plus élevé son engagement individuel et collectif, et son niveau de jeu ce qui lui a permis d’enchaîner quatre victoires consécutives, dont un match particulièrement abouti au niveau collectif l’après-midi contre une équipe mixte 2006-2007. Malheureusement, la dernière marche était un peu haute (très belle équipe de Capbreton, mixte également…) et le TUC a fini deuxième de la poule de l’après-midi, soit sixième au général.

Mais le weekend n’était pas terminé. Tout le monde s’est ensuite retrouvé sur la plage d’Hossegor pour un match de rugby spectaculaire (et « No Limit » !) entre les enfants et les parents/éducateurs.

A l’arrivée, tout le monde était ravi (et un peu fatigué…) de ce weekend dans les Landes. Il faut à présent se préparer pour renouveler cette expérience l’année prochaine   :-)

Les éducateurs 2007

ITALIENS : VENUE RETARDEE !

 

.rorfc

Comme traditionnellement tous les 2 ans nos amis italiens devaient revenir en mai dans notre capitale Occitane pour se  confronter à nos cadets et nos juniors. En fait il faudra attendre septembre pour les voir débouler sur notre terrain.

Le week-end des 2006

pictU12   Du je au jeu

Etymologiquement, le « jeu » se distingue du « je ». Ce n’est ni son pluriel, ni sa déclinaison, juste son homophone. Pourtant, le plus souvent, c’est le « je » qui conduit au « jeu ». Je joue pour m’amuser, me divertir, me récréer. Le « je » reste singulier. Il tend vers le personnel, s’oriente vers l’individuel.

Dans le rugby, c’est l’inverse. Il faut passer du « je » au « nous » pour appréhender ce « jeu ». « Nous » est donc le pluriel du « je » et l’esprit même de ce sport, car sans collectif, il ne peut y avoir de « jeu » de rugby. Le rugby est un « jeu » où chaque « je » trouve sa place dans le « nous ». Il apprend aux enfants que plusieurs « je » sont moins forts qu’un seul « nous ». Les « moi », les « moi je » sont par conséquent proscrits.

Bien entendu, au rugby, les « je »  ne disparaissent pas  car le « nous » n’en constitue pas leur aliénation. Le « nous » n’est pas une contrainte, mais une ambition. Ce sont les « je » qui décident eux-mêmes de se mettre au service du « jeu » en devenant des « nous ». C’est pour cette raison que la passe est une offrande et celui qui marque un essai n’est pas un héros, mais bien le dernier maillon d’une chaîne. Telle est l’âme d’une équipe de rugby.

Mais un « nous » ne se crée pas automatiquement en accumulant les « je ». Il faut une relative codépendance des « je » pour leur permettre de franchir la frontière du « nous ». Parce que le « nous » introduit obligatoirement un doute sur la limite de son « je », un lien doit unir les différents « je ». La simple pratique du « jeu » de rugby ne suffit pas à créer un « nous ». Des « je » peuvent jouer à un même « jeu » sans être des « nous ». Une fusion des « je » s’impose mais elle ne s’impose pas d’elle-même. Des circonstances particulières peuvent y contribuer mais aucune en particulier ne peut garantir une telle réussite.

Du 13 au 15 avril 2018, 33 enfants du TUC, tous benjamins 2eme année, ont effectué un séjour à Madrid afin de participer au tournoi de rugby organisé par le Tasman Rugby Boadilla. Lors du premier jour, ils ont emprunté le même avion, visité ensemble la ville de Madrid, ri des mêmes bêtises, ramé simultanément sur les barques du parc Retiro, vécu côte à côte des moments inoubliables comme cette ola improvisée sur un trottoir du centre-ville, devenue rapidement l’attraction de la rue. Progressivement, ces différents « je » se sont transformés en un vrai « nous ». Simple coïncidence ou conséquence logique : le lendemain, les deux équipes ont remporté leur tournoi respectif.

Une personne peu férue des valeurs du rugby aurait pu écrire que ces jeunes TUCistes ont mis leurs adversaires à « je » « nous ». Or dans ce sport, chaque joueur affronte des adversaires, il ne les combat pas. Il peut les découper, les emplafonner, les tamponner, leur mettre un arrêt-buffet mais à la fin du match, quel que soit le score, une haie d’honneur leur est dressée qu’ils rendent instantanément car ce « jeu » exige le respect du « je », même quand il est « nous ».

Mais le « nous » est un paradoxe. Quelquefois, certains lui préfèrent le « on » qui fait moins peur car plus vide de sens. Le « nous » est comme le rocher de Sisyphe : une quête difficile, toujours recommencée, interminable. Le « nous » peut rapidement disparaître alors que l’on croyait l’avoir atteint. Cette génération 2006 suivra-t-elle le même destin ? Les souvenirs accumulées lors de ce séjour laissent à penser que la flamme du « nous » ne s’éteindra de sitôt. Et puis de nouveaux déplacements s’annoncent dans les prochaines semaines.

Félicitations aux parents, aux éducateurs et accompagnateurs d’avoir su organiser ce séjour, d’avoir permis à tous ces enfants de vivre cette expérience de vie en groupe et de pouvoir rentrer en France, comme l’a écrit une maman d’un joueur sur le whatsapp du groupe des 2006,  « avec un sourire plus large que leur visage et des étoiles pleins les yeux. »

Les éducateurs 2006